Une vie élargie

Drôle et émouvant

 

 41c0e9coepl sx331 bo1 204 203 200.

J'espère que vous prendrez beaucoup de plaisir à découvrir le monde d'Elisabeth, une vieille dame plein de charme et d'humour qui vous fera voyager au delà de nos frontières... Il y est question d'un enlèvement d'une fillette et de la résilience de sa mère. Celle-ci rend des menus services dans son immeuble et partage ainsi la vie quotidienne de ses habitants. Elle prête des romans à une jeune adolescente et lui donne des conseils sur sa vie amoureuse. La fêlure demeure mais Elisabeth s'amuse de tout et d'elle-même. Son agression va être le déclencheur, l'élément modificateur de sa vie sans histoire : Son fils insiste pour qu'elle prenne une dame de compagnie. Celle-ci va s'avérer être la femme de Ed, le meilleur ami d'enfance d'Elisabeth. Ed est décédé et lui a laissé une lettre qui va la bouleverser...

"La vie élargie", c'est celle d'Elisabeth qui s'ouvre au monde malgré son chagrin.

https://librediteur.com/produit/une-vie-elargie/

Extrait n°1 :

L'homme a repéré la petite fille blonde. La maison isolée, le grand jardin. Juste l'âge qu'il faut, à peu près sept ans, l'âge de raison. Elle est vive, dégourdie, enjouée. Un vrai soleil. Le seul ennui c'est son frère qui la suit partout. Comment l'attirer hors du jardin ? L'homme est patient. Il guette ses habitudes, tapis derrière la lisière de la forêt. Il regarde sa future proie évoluer, courir, jouer, chanter. Sa mère l'a bien mise en garde : elle ne doit pas dépasser la clôture du jardin. Elle respecte les règles. L'homme se rapproche peu à peu, creuse un trou dans la terre meuble qu'il recouvre de feuilles mortes. Le prédateur s'allonge dans l'odeur d'humus. Il attend son heure.

Extrait n°2 :

Je m'appelle Elisabeth. Je suis une vieille dame tranquille aux doigts noueux et aux yeux pétillants. Je suis devenue l'oméga qui vibre mais ne rompt pas. Mes mains fébriles laissent échapper bien des choses, toutes plus utiles les unes que les autres. Ce qui me permet de renouveler régulièrement ma vaisselle et d'être ainsi à la pointe de la mode en matière de décoration d'intérieur. je vais à petits pas menus comme la tortue de La Fontaine, lentement mais sûrement. Rien ne presse pourvu que les choses soient faites. J'ai gagné en sagesse, en disponibilité et en sérénité. J'ai tout mon temps pour penser, analyser, comprendre. La patience est accueil du temps et un apanage de la vieillesse. Je n'ai pas l'habitude de pleurnicher ni de m'apitoyer sur mon sort. "Le beau souci de la vie", dont parlait le poète Rilke, me touche infiniment et je vais de l'avant, douleur ou pas ; je ne m'en porte pas plus mal car je suis curieuse. Je sais le prix des choses, celui du bonheur qui ne dure pas, et surtout des petits bonheurs que personne ne voit.

 

5,0 sur 5 étoiles par Nadine sur Amazon

22 février 2019

Format: BrochéAchat vérifié

Elisabeth a vécu un drame et pourtant elle a préféré la résilience à la résignation. Très belle histoire agrémentée d'une analyse fine et pertinente sur le temps qui passe. La vieillesse n'est pas un naufrage ; elle déplace le curseur de nos possibilités, de nos attentes, mais n'en altère pas l'intérêt. Apprécier, savourer ce que l'on a, voilà la philosophie de l'héroïne qui crée un cercle vertueux autour d'elle. Cet espoir fait du bien et donne son sens à la vie, à ses bonheurs et chagrins aussi !

Laissez-vous emporter par ce roman intelligent, émouvant, dont l'écriture fluide coule comme défilent les jours !

 

 

 

Une chronique, celle de "Mes chroniques littéraires"

http://chroniqueuse6.canalblog.com/archives/2019/04/22/37278611.html?fbclid=IwAR0gXV3vh6So4q7u7v7Al-d0hjS4zr4kPSW7nGUkOghGGKVSp6A43s7TpBw

 

Je ne résiste pas au plaisir de vous faire découvrir le dernier avis du 20 novembre sur Amazon à propos de mon dernier roman. Cendrillon m'a décerné cinq étoiles. Comme quoi les contes de fées existent bel et bien ! Merci Aurélie !

Aurélie les Chroniques de Cendrillon

sur « Une vie élargie »


Des les premières pages j’ai été agréablement surprise par la plume de l’autrice. Une plume poétique, dont les mots chantent et s’associent les uns aux autres avec fluidité. Nous rencontrons Élisabeth, une dame âgée vivant dans un immeuble et partageant avec nous ses observations à propos du comportement des êtres humains qui l’entourent. Le style du récit m’a un peu désarçonnée au départ et puis je me suis laissée emporter par ces lignes très fluides et bien écrites.

Les destins se croisent et nous rencontrons la jeune Clara, une « Cosette » des temps modernes comme le dit si bien l’autrice à travers la voix d’Élisabeth. On s’attache aux personnages aussi différents les uns des autres mais qui savent pourtant se montrer solidaires lorsque le besoin s’en fait sentir. Puis progressivement nous découvrons les secrets
d’Élisabeth qui a vécu un drame qui ne cesse de la hanter même à la fin de sa vie: l’enlèvement de sa fille sous ses yeux. Pourtant jamais elle ne se plaint, elle vit son drame avec pudeur, et conserve en elle le sourire de sa fille aux cheveux blonds.

On ne peut qu’être touché par les mots employés par l’autrice pour décrire les sentiments qui ont assaillis
Élisabeth le jour où tout a basculé. De la culpabilité à la dépression profonde en passant par ce manque indescriptible que rien ne comblera jamais et ce fol espoir qui ne va pas la quitter jusqu’à l’entrée de Madeleine dans sa vie et l’apport de nouvelles informations qui lui apporteront peut-être un peu de paix après une vie tiraillée entre l’amour des siens, de ceux qui restent et la détresse d’avoir perdu une partie de son cœur.

Un roman bien écrit, poignant, dont les pages défilent sans un regard pour l’horloge et dont on a hâte de connaître la fin, en espérant jusqu’au bout un «
 happy end ». Je vous le conseille autant pour la qualité de la plume que pour son intrigue captivante.

 

 
What do you want to do ?
New mail

Date de dernière mise à jour : 31/10/2020

Ajouter un commentaire

 
×